La maladie de Cushing

Added 9/6/2012

"Les syndromes d'hypercorticisme et la maladie de Cushing"

[?] Qu'est-ce que c'est ?

Le syndrome de Cushing correspond à l'hypersécrétion par les glandes surrénales de cortisol. Dans certains cas, il peut s'y associer une hypersécrétion d'androgènes (hormones mâles) ou plus rarement d'aldostérone. Les femmes sont beaucoup plus touchées que les hommes (9/10)

[?] Causes et facteurs de risque

Il faut distinguer les syndromes de Cushing dont la cause est primitivement surrénalienne et les hypersécrétions secondaires.

Les causes surrénaliennes primitives sont :

- Les tumeurs bénignes des surrénales (adénomes) ne sécrétant que du cortisol ;

- Les tumeurs malignes (corticosurrénalomes) sécrétant cortisol et androgènes.

Dans ces deux cas, la sécrétion d'ACTH (hormone fabriquée par l’hypophyse) est freinée puisque l'hypophyse enregistre cette augmentation de cortisol et réagit par feed-back.

Les hypersécrétions secondaires sont surtout représentées par la "maladie de Cushing".

Il existe dans ce cas une hyperplasie bilatérale des surrénales secondaire à une hypersécrétion d'ACTH elle même due à un adénome de l'hypophyse. Cet adénome de l'hypophyse peut être primitif ou entrer dans le cadre mal connu d'un déréglement du système hypothalamo-hypophysaire avec perte de la régulation par rétro-contrôle.

Il existe également des syndromes de Cushing " para-néoplasiques " secondaires à la sécrétion d'une substance ressemblant chimiquement à l'ACTH ("ACTH-like") par certains cancers (bronche, thymus, pancréas).

[?] Les signes de la maladie

Il faut distinguer :

- Les signes qui sont dus à l'augmentation du taux de cortisol dans le sang (adénome surrénalien, maladie de Cushing) ;

- Et les signes de virilisation (hyperandrogénie) qui s'y ajoutent dans les corticosurrénalomes malins et les syndromes paranéoplasiques.

L'augmentation du taux de cortisol sanguin provoque :

- Une répartition des graisses siégeant à la face et sur le tronc (obésité facio-tronculaire) ;

- Une rougeur de la face, un faciès arrondi en "pleine lune" ;

- Un empâtement du cou et des creux sus-claviculaires ;

- Une amyotrophie de la racine des membres les rendant grêles ;

- Une fragilité de la peau et des capillaires avec hématomes, ecchymoses, purpura, vergetures pourpres sur l'abdomen, les flancs, les seins ;

- Une ostéoporose avec des douleurs rachidiennes et des fractures faciles ;

- Une hypertension artérielle ;

- Une aménorrhée chez la femme, impuissance chez l'homme ;

- Des troubles psychiques (dépression) ;

- Une chute des cheveux, une mycose des ongles...

- Un arrêt de la croissance chez l'enfant...

Les signes de virilisation sont bien sûr plus nets chez la femme :

- Hypertrophie du clitoris ;

- Acné ;

- Hirsutisme ;

- Modification de la voix...

Le syndrome de Cushing favorise l'hypertension artérielle.

[?] Examens et analyses complémentaires

Certains signes biologiques indirects sont évidents :

- Hyperglycémie ;

- Perturbations du ionogramme sanguin : hypernatrémie, hypokaliémie...

- Polyglobulie.

Le diagnostic d'hypercortisolisme repose sur les dosages biologiques :

- 17 cétostéroïdes et 17 OH stéroïdes augmentés dans les urines de 24h ;

- Cortisol libre urinaire augmenté ;

- Augmentation du taux de cortisol plasmatique avec rupture du cycle jour-nuit.

Les tests (rapides et standards) de freinage à la dexaméthasone sont négatifs : il est impossible de freiner l'hypersécrétion de cortisol.

D'autres tests sont utilisés pour préciser l'origine de l'hypercorticisme :

- Test à la métopyrone négatif dans les tumeurs surrénaliennes et les syndromes paranéoplasiques mais positif dans la maladie de Cushing ;

- Dosage de l'ACTH de base et sous stimulation ;

- Test à la corticolibérine.

La tumeur peut être visualisée :

- L'adénome hypophysaire par la radiographie de la selle turcique, le scanner ou l'IRM cérébraux ;

- Au niveau de la surrénale par l'urographie intraveineuse avec tomographie des loges surrénales et par l'échographie rénale et surrénalienne, le scanner surrénalien, la scintigraphie au iodocholestérol marqué;

[?] Evolution de la maladie

Spontanément, l'évolution est grave avec des complications vasculaires (thrombose, hémorragies), des accidents hypertensifs, une cachexie, des troubles psychiatriques graves. Traité, le pronostic dépend de la cause. Le corticosurrénalome reste grave. Le pronostic des syndromes paranéoplasiques dépend de la gravité du cancer initial.

[?] Traitement

a) La maladie de Cushing

Un traitement médical prolongé par les anticortisoliques de synthèse permet d'obtenir des rémissions prolongées allant jusqu'à la guérison.
Ce traitement médical est associé à une cobaltothérapie sur l'hypothalamus et l'hypophyse.
L'ablation des surrénales est réservée aux échecs du traitement médical ou à des récidives fréquentes de la maladie.
En cas de tumeur hypophysaire, l'ablation de l'hypophyse est réalisée suivie par une radiothérapie.

b) Les tumeurs de la surrénale

L'adénome bénin de la surrénale réalise un tableau d'hypercortisolisme pur sans virilisme. Le traitement repose sur l'ablation de la surrénale tumorale après préparation médicale à l'anticortisolique de synthèse. Le cortico-surrénalome malin est d'évolution rapide. Le virilisme associé est important. L'hypersécrétion androgénique est mise en évidence par les dosages biologiques. La scintigraphie, les radiographies et le scanner montrent la tumeur. Le pronostic est sombre. Le traitement repose sur l’ablation chirurgicale de la surrénale sous préparation médicale. Un traitement substitutif est ensuite nécessaire.

c) Les syndromes paranéoplasiques

Il s'agit d'une hyperplasie bilatérale des surrénales provoquée par la sécrétion d'une substance "ACTH-like" par un tissu cancéreux (poumon, thymus, pancréas). Une mélanodermie est souvent associée. Le traitement dépend de l'exérèse du cancer viscéral originel.

d) Les "Cushing" iatrogènes (liés aux médicaments)

Il s'agit des conséquences d'un traitement prolongé par corticoïdes.

 

Category : la maladie | Comments (3) | Write a comment |

L'artherosclérose

Added 21/5/2012

"L’athérosclérose"

Athérosclérose:

Tout comme l’eau dans un boyau d’arrosage, le sang circule dans les artères pour apporter l’oxygène et les substances nutritives aux organes. Lorsque les artères sont obstruées par des dépôts adipeux (appelés plaque), elles perdent leur élasticité et rétrécissent; la circulation du sang se trouve alors ralentie ou bloquée.

La plaque est une substance collante et jaunâtre composée de corps gras tels que le cholestérol, le calcium et les déchets des cellules. L’athérosclérose est un problème de santé qui se forme lentement et progressivement, et qui peut débuter dès l’enfance. La plaque peut se déposer partout dans l’organisme, mais elle affecte surtout les artères de grande et moyenne dimensions.

Symptômes
Diagnostic
Traitement

 

Quelles sont les causes de l’athérosclérose?:

Les causes de l’athérosclérose sont complexes et ne sont pas encore totalement élucidées. On croit que l’athérosclérose débute lorsque la paroi interne de l’artère est endommagée. La paroi des vaisseaux sanguins réagit à cette blessure en déposant des corps gras comme le cholestérol, le calcium et autres substances contre la paroi interne de l’artère. Il en résulte un épaississement progressif de la paroi des vaisseaux sanguins, L’hypertension artérielle, des niveaux élevés de cholestérol et de triglycérides dans le sang ainsi que le tabagisme sont des éléments qui peuvent contribuer au développement de la plaque.

Parmi les facteurs de risque d’athérosclérose, on retrouve le diabète, l’obésité, l’hypercholestérolémie, une alimentation riche en lipides et des antécédents familiaux de maladies du cœur. Découvrez comment réduire vos facteurs de risque.

 

Symptômes:

Dans certains cas, l’athérosclérose ne provoque aucun symptôme jusqu’à ce qu’elle soit suffisamment avancée pour obstruer un important vaisseau sanguin. Si le blocage se produit dans une des artères du cœur (artères coronaires), il causera de l’angine (douleurs thoraciques). En progressant dans les artères coronaires, l’athérosclérose peut provoquer une crise cardiaque et si elle se développe au niveau du cerveau, elle peut entraîner un accident vasculaire cérébral (AVC).

 

Risques:  

 

                                                                

 

 

Si l’athérosclérose obstrue la circulation sanguine dans une artère coronaire, vous pourriez développer une maladie coronarienne, qui peut provoquer de l'angine ou une crise cardiaque. Si elle obstrue des artères dans votre cerveau, elle peut provoquer un accident vasculaire cérébral (AVC). Elle peut aussi provoquer un anévrisme de l’aorte (la grosse artère qui va du cœur vers l’abdomen) ou au cerveau (anévrisme cérébral). Un anévrisme est un point affaibli de la paroi d’un vaisseau sanguin qui se gonfle de sang. Quand un anévrisme devient suffisamment volumineux pour se rompre, il provoque un saignement incontrôlé. Une rupture d’anévrisme est potentiellement mortelle et exige des soins médicaux immédiats.

 

Diagnostic:

L’athérosclérose peut être diagnostiquée à l’aide des examens suivants :

Angiographie
Échographie Doppler


 

Traitement:

Votre médecin traitera votre athérosclérose en vous proposant certaines modifications à vos habitudes de vie, par la prise de médicaments, la chirurgie ou d’autres interventions.

 

Mode de vie:
Il est possible de réduire vos risques de maladies du cœur en connaissant et en maîtrisant votre pression artérielle, votre diabète et votre taux de cholestérol. Il importe aussi de mener une vie saine en évitant la fumée, en pratiquant des activités physiques, en adoptant une saine alimentation pauvre en lipides, spécialement en lipides saturés et en gras trans, en atteignant et en conservant un poids santé, en limitant sa consommation d’alcool et en réduisant son niveau de stress.

 

Médicaments:
Le médecin pourrait prescrire un médicament afin de réduire les taux de lipides et de cholestérol dans votre sang, ou pour contrôler votre pression artérielle. Afin de réduire les risques de formation de caillots sanguins, on prescrit parfois des antiplaquettaires ou anticoagulants.

 

Chirurgie et autres interventions:
Le médecin peut suggérer de procéder à certaines interventions afin de corriger votre état de santé. Il peut s’agir de :

Intervention coronarienne percutanée (ICP et angioplastie et pose de tuteur)
Chirurgie de pontage coronaire

Category : la maladie | Comments (4) | Write a comment |

La journée des spondylarthrites

Added 17/3/2012

Forts de la fréquentation de la première version et des encouragements qui ont suivi nous vous proposons la deuxième Journée Nationale des Spondylarthrites®, une nouvelle occasion de dialogues mettant au centre des débats les malades et ceux qui prennent en charge leur santé, physique et morale.
Category : la maladie | Comments (11) | Write a comment |

| Contact author |