Les troubles musculo-squelletiques(TMS)

Added 12/10/2010

"Les TMS"

 

A l'heure ou j'écris cet article des millions de personnes se rassemblent pour défendre leur droit"le départ a la retraite"

Je viens vous parler des TMS dits "troubles musculo-squelettiques" qui perturbent notre travail y compris notre quotidien...

Au travail , il y a vraiment des petites douleurs qui deviennent vite insupportable..

Est-ce que le gouvernement se rend compte de tout ça...la pénibilité sera écouter mais le départ se fera " ??? " on attend le verdict..l'expérience de vie est plus longue qu'avant c'est un fait mais le stress est deux fois plus présent qu'auparavant et le taux de maladie évolue chaque année..

Un vrai travail dois etre mis en place par :

*Les superieurs hiérarchiques qui doivent entendre et comprendre nos difficultés pour que l'entreprise puisse rechercher et mettre en place des solutions adaptées.

*Les services de santé et les médecins du travail qui peuvent faire le lien entre les douleurs , les symptomes et la situation du travail.

*Les représentants du personnel c'est a dire déléguée du personnel , comité d'entreprise , comité d'hygiéne.Ils sont là pour alerter la direction en cas de probléme concernant les conditions de travail dans l'entreprise.

*L'inspecteur du travail qui peut également intervenir , à la demande des représentants du personnel , dans le cas où le salarié rencontre une situation difficile.

 

 

Voici un petit sondage effectué par l''agence européene pour la sécurité et la santé au travail

* 25% des travailleurs européens se plaignent de mal de dos

*23% se plaignent de douleurs musculaires

* 1 salarié sur 13 ressent des douleurs quotidiennes , d'aprés une étude régionale

 

Généralités:

Les troubles musculosquelettiques (TMS) sont des pathologies multifactorielles à composante professionnelle. Ils affectent les muscles, les tendons et les nerfs des membres et de la colonne vertébrale. Les TMS s'expriment par de la douleur mais aussi, pour ceux du membre supérieur, par de la raideur, de la maladresse ou une perte de force. Ce risque qui n'est ni physique, ni chimique ou biologique n'est pas vraiment nouveau puisqu'il était déjà présent au 19ème siècle. Son émergence actuelle s'explique notamment par des changements dans l'organisation du travail. Le juste à temps, le flux tendu ou stock zéro imposent un niveau de charge de travail relativement constant. Beaucoup de tâches imposent également des gestes fins, précis et répétés.

 

Statistiques:

En France, les TMS du membre supérieur sont reconnus au titre des tableaux 57 et 69 des maladies professionnelles (MP) du régime général et au titre du tableau 39 du régime agricole. Parmi les pathologies reconnues par le tableau 57 figurent la tendinopathie de la coiffe des rotateurs (épaule), l'épicondylite (coude) et le syndrome du canal carpien (poignet) avec la liste limitative des travaux susceptibles de provoquer ces maladies.

En 2000, les TMS représentaient 62 % de l'ensemble des maladies professionnelles recensées par la Caisse Nationale de l'Assurance Maladie des Travailleurs Salariés (CNAMTS).

Les TMS constituent actuellement les pathologies professionnelles de loin les plus répandues dans les pays industrialisés.


Les régions corporelles concernées par les TMS sont principalement le cou, les épaules, les extrémités du membre supérieur et le dos.
 

Évolution des maladies professionnelles indemnisées
au titre du tableau 57 en France (source CNAMTS)




Répartition des maladies professionnelles indemnisées au titre du tableau 57 en France, en 2000 (source CNAMTS)
 

 

Anatomie:

 

Les muscles sont un assemblage de fibres qui ont la propriété de se contracter ou d'être étirées. La longueur d'un muscle peut donc varier mais sa tension également.
Les tendons sont les éléments de liaison entre un muscle et un os. Ils constituent le prolongement du muscle et assurent son insertion sur l'os. Les tendons se comportent comme un élastique très raide et sont généralement entourés d'une gaine qui contient un lubrifiant (liquide synovial).

Les muscles exercent des forces sur les os du squelette par l'intermédiaire des tendons et permettent ainsi de déplacer des pièces osseuses autour des articulations.

Les ligaments sont semblables à des cordages tendus entre les deux extrémités osseuses d'une articulation. Ils en assurent la stabilité passive.

Les bourses séreuses sont des poches situées au niveau des grosses articulations. Elles sont remplies de liquide synovial qui facilite le glissement des éléments anatomiques les uns par rapport aux autres.
 

Schéma d'un tendon



Angle de confort de l'épaule dans le plan sagittal
Les nerfs sont des structures anatomiques qui assurent le cheminement des ordres moteurs, du cerveau vers les muscles (nerfs moteurs) ou des informations sensitives, des récepteurs sensitifs vers le cerveau (nerfs sensitifs).
Des angles de confort peuvent être définis pour toutes les articulations des membres.

La sollicitation d'une articulation au-delà d'une certaine amplitude articulaire a des effets néfastes sur les éléments qui l'entourent.

 

Facteurs de risque:

 

Les TMS sont des maladies multifactorielles à composante professionnelle.
Les sollicitations qui sont à l'origine des TMS sont biomécaniques, organisationnelles et psychosociales. Certaines de ces sollicitations peuvent exister dans des activités extra professionnelles. Le stress, de même que certains facteurs individuels comme le **** ou les antécédents médicaux, favorisent les TMS. Les relations entre ces facteurs sont présentées sur la figure ci-contre.


 

Modèle de la dynamique d'apparition des TMS
Les principaux facteurs de risque biomécaniques sont :
  la forte répétitivité des gestes,
les efforts excessifs,
les zones articulaires extrêmes,
le travail en position maintenue.

Une forte répétitivité des gestes entraîne une sollicitation prolongée des mêmes structures anatomiques. Des 3 facteurs biomécaniques, la répétitivité est le plus important déterminant dans l'apparition des TMS en secteur industriel.
 

Poste de travail en position maintenue : bardage en façade
Parmi les types de prise, celle en pince, c'est à dire effectuée entre le pouce et l'index, est généralement sollicitante. En effet, selon la norme X35-106-3 (Sécurité des machines - performance physique humaine - limites des forces recommandées pour l'utilisation de machines), les mouvements exigeants une grande précision peuvent impliquer des efforts musculaires accrus.

Le port de gants, les vibrations et le froid constituent des facteurs secondaires. Ils augmentent la force de serrage.
 

Poste d'assemblage de pièces pour l'automobile : prise en pince

Le manque de pauses ou d'alternance dans les tâches ainsi qu'une durée de travail excessive sont des facteurs organisationnels qui augmentent le risque de TMS car ils ne permettent pas une récupération suffisante.
De mauvaises relations de travail, de courts délais d'exécution des tâches, le manque de contrôle sur son travail ou de participation à son organisation, le risque de licenciement sont des facteurs psychosociaux qui peuvent être sources de stress.
Les effets du stress en liaison avec les TMS sont multiples. Les forces de serrage et d'appui sont accrues, le temps de récupération s'allonge. Le stress amplifie la perception de la douleur et rend les opérateurs plus sensibles aux facteurs de risque de TMS.

Ces liens concernent la santé au travail et pour nos droits...restez pas avec vos douleurs.

www.afsset.fr

www.anact.fr

www.inrs.fr

www.invs.sante.fr

www.msa.fr

www.oppbtp.fr

www.risquesprofessionnels.ameli.fr

Tags : sensibilite
Category : le travail c'est la santé | Comments (19) | Write a comment |

| Contact author |